Fanatisme·Fanatisme d'extrême droite.·Laïcité·Ma religion·Philosophie·Rationnalisme·Spiritualité

La vie après la mort dans « L’au-delà », par Spinoza dans « Le problème Spinoza » de Irvin Yalom. 

Jacob : Maimonide lui-même enseigne que ceux qui suivent les commandements de la Thorah, Dieu les récompense dans au-delà par le bonheur et la félicité. De mes propres oreilles j’ai entendu le rabbin Morteira déclarer de façon catégorique que quiconque nie le caractère sacré de la Thorah sera privé de la vie éternelle aux côtés de Dieu.
Bento Spinoza : Et moi je dis que « l’au-delà » et « la vie éternelle » aux côtés de Dieu sont des paroles humaines, pas des paroles divines. Ces mots ne figurent pas dans la Thorah, ils viennent des rabbins qui rédigent commentaires sur commentaires.
Jacob : Dois-je entendre, insiste Jacob, que vous niez l’existence de l’au-delà ?
B.Spinoza : L’au-delà, la vie éternelle, le bonheur après la mort, tout cela, je le répète, sont des inventions des rabbins.
Jacob : Vous niez, s’obstine Jacob, que celui qui est vertueux trouvera la joie pour l’éternité et la communion avec Dieu, et que celui qui fait le mal sera diffamé et condamné à tout jamais ?
B. Spinoza : C’est un défi à la raison que de penser que nous survivrons après la mort, tel que nous sommes aujourd’hui. Le corps et l’esprit sont deux composantes de la même personne. L’esprit ne peut survivre à la mort du corps.
Jacob : Mais -Jacob, à présent manifestement agité, parle fort- nous savons que le corps ressuscitera. Tous nos rabbins l’enseignent. Maimonide l’indique clairement. C’est l’un des treize articles de la loi juive. C’est le fondement de notre foi.
B. Spinoza : Jacob, je dois être un bien piètre guide. Je pensais avoir expliqué au mieux l’impossibilité de ces choses là, et vous voilà reparti dans le monde des miracles. Encore une fois, je vous rappel que ceci n’est autre que les convictions humaines et n’a rien à voir avec les lois de la nature. Rien ne peut arriver de contraire aux lois fixées par la nature. La nature qui est infinie et éternelle, et qui englobe toute substance dans l’univers, agit selon un ordre que ne peut supplenter le surnaturel. Un corps en décomposition, redevenu poussière, ne peut pas être reconstitué. La Genèse nous dit cela plus clairement : À la sueur de ton front tu mangeras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre, puisque tu en fus tiré. Car tu es glaise et tu retourneras à la glaise ».

Irvin Yalom, « Le problème Spinoza ».

Présentation vidéo du livre :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s