Laïcité·Ma religion·Rationnalisme

Dieu ordonne qu’on l’adore ? »Le problème Spinoza » de Irvin Yalom.  


Conversation entre Spinoza et un Juif, Jacob :
S: Retrouvez moi demain à la mi-journée à la boutique. Elle sera ouverte.
J: La boutique ? ouverte ? Intervient Jacob. Mais le shabbat ?
S: Mon jeune frère Gabriel représente la famille Spinoza à la synagogue.
J : Mais la sainte Thorah, insiste Jacob, sans tenir aucun compte de Franco (son cousin) qui lui tire la manche, la Thorah énonce la volonté de Dieu : on ne travail pas le jour du shabbat, et l’on passe ce saint jour à Le prier et à accomplir des « mitzvahs ».
Spinoza se tourne vers lui tout doucement, comme un maître à un jeune disciple, interroge : Dites-moi, Jacob, croyez-vous en un dieu tout puissant ?
Jacob acquiesce sans un mot.
S : En un Dieu parfait ? Qui se suffit à lui-même ?
Jacob acquiesça de nouveau.
S : Alors sûrement vous en conviendrez, par définition un être parfait qui se suffit à lui-même n’a pas de besoins, ni d’insuffisances, ni de souhaits, ni de volonté. N’est-ce pas ?
Jacob réfléchit, hésite, puis en convient avec méfiance.
S : Alors, poursuit Spinoza, je suggère qu’il n’y a pas de volonté de Dieu en ce qui concerne le comment, ni même le pourquoi Le glorifier. Donc permettez moi, Jacob, d’aimer Dieu à ma façon.

« Le problème Spinoza » de Irvin Yalom.

Présentation vidéo du livre :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s