Histoire·politique

Le paradoxe du Janissaire dans l’Empire Ottoman. Par Élif Shafak, dans « La bâtarde d’Istanbul ».

Ceux qui s’imaginent que le règne ottoman fut juste ignorent tout du Paradoxe Janissaire. Les Janissaires étaient les enfants chrétiens capturés et convertis par l’État ottoman pour leur offrir une chance de se hisser en haut de l’échelle sociale. Ce qu’ils ont payé du mépris des leurs et de l’oubli de leur passé. Le Paradoxe Janissaire est aussi vrai aujourd’hui pour toutes les minorités qu’il l’était hier. En tant que descendants d’expatriés, nous avons le devoir de nous poser cette question encore et encore : Vais-je accepter le rôle de Janissaire ? Abandonnerai-je ma communauté pour faire la paix avec les Turcs ? Les laisserai-je effacer mon passé pour que, comme ils le prétendent, nous allions de l’avant ?

[….] 
Le Paradoxe Janissaire consiste à être déchiré entre deux modes d’existence incompatibles. D’un côté, les débris du passé s’accumulent pour former un cocon de tendresse et de tristesse qui laisse un arrière-goût d’injustice et de discrimination ; de l’autre, miroitent les promesses du futur, un refuge orné de tralalas, les pièges du succès, un avant-goût d’une sécurité nouvelle, du confort de se retrouver au sein de la majorité, d’être enfin considéré tel un individu comme les autres.

Présentation vidéo du livre :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s