complotisme·Histoire·politique

Voltaire et l’esclavagisme. 

Voltaire était fondamentalement opposé à l’image du « bon sauvage » des pays équatoriaux ou que l’homme est « bon » à l’état de nature, promue par Jean Jacques Rousseau ou Denis Diderot -avec, par exemple, son Supplément au voyage de Bougainville (« innocence » du « primitif » rappelant d’ailleurs l’image biblique du Jardin d’Éden, lorsqu’Adam et Ève n’ont point encore gouté au fruit de la connaissance du bien et du mal). 
Voltaire considère que les hommes noirs, des pays équatoriaux, sont des « animaux humains » comme le sont aussi les hommes blancs, et que, si les Africains sont victimes de l’Européen, ce n’est pas parce que l’Européen est corrompu par la société -tandis que les Africains ne le serait point, comme vierge de toute culpabilité, mais bien parceque les chefs nègres (vocabulaire non péjoratif à l’époque) collaborent activement avec les marchants européens pour leur vendre des esclaves africains ; ainsi, Voltaire ne cherche pas à dédouaner de leur responsabilité les peuples africains dans la traite négrière (en les infantilisant ou en clamant qu’ils sont trop naïfs pour ne pas savoir ce qu’ils font, comme incapable de distinguer le bien et le mal), et écrit, dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des nations : 

« Nous n’achetons des esclaves domestiques que chez les Nègres ; on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l’acheteur. Ce négoce démontre notre supériorité ; celui qui se donne un maître est né pour en avoir ». 

Ce réfut de faire des Africains un peuple essentiellement « irresponsable » , démontre que Voltaire s’écarte de tout discours justifiant une essence humaine, discours permettant de soutenir qu’il y a des hommes qui, par leur seule naissance, sont destinés à être dominés et oppressés, et d’autres -à dominer et à oppresser : pour Voltaire, c’est parce-que les Africains noirs n’ont pas pitié des leurs- et ne les protègent pas des abus, que les Européens peuvent les asservir sans problème par l’esclavage, et non parceque les hommes noirs sont par leur nature même « naïfs » – abusés malgré eux, comme le prétendent les Européens croyant au « bon sauvage ».

Voltaire a fermement condamné l’esclavagisme. Le texte le plus célèbre est la dénonciation des mutilations de l’esclave de Suriname dans Candide mais son corpus comporte plusieurs autres passages intéressants. Dans le « Commentaire sur l’Esprit des lois » (1777), il félicite Montesquieu d’avoir jeté l’opprobre sur cette odieuse pratique. 
Il s’est également enthousiasmé pour la libération de leurs esclaves par les quakers de Pennsylvanie en 1769. 
De la même manière le fait qu’il considère en 1771 que « de toutes les guerres, celle de Spartacus est la plus juste, peut-être la seule juste », guerre que les esclaves ont mené contre leurs oppresseurs, plaide assurément en faveur de la thèse d’un Voltaire antiesclavagiste. 
Lors des dernières années de sa vie, en compagnie de son avocat et ami christin, il a lutté pour la libération des « esclaves » du Jura qui constituaient les derniers serfs présent en France et qui, en vertu du privilège de la main morte, étaient soumis aux moines du chapitre Saint-Claude (Jura). C’est un des rares combats politiques qu’il ait perdu ; les serfs ne furent affranchis que lors de la Révolution françaises, dont Voltaire inspira certains des principes. 
À tort, on a souvent prétendu que Voltaire s’était enrichi en ayant participé à la traite des noirs. On invoque à l’appui de cette thèse une lettre qu’il aurait écrite à un négrier de Nantes pour le remercier de l’avoir fait gagner 600 000 livres par ce biais. En fait, cette prétendue lettre est un faux. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s