Fanatisme·Histoire

Saisir la régression de l’Orient, par Djemila Benhabib.

Pour saisir l’ampleur de la régression de l’Orient, il faut se familiariser avec ce qui a fait la fierté de l’Orient du moyen Âge à la Renaissance, c’est à dire ses philosophes, ses savants et ses poètes. Quoi qu’on en dise, l’Orient, avant de s’ankyloser, à été un lieu intellectuel dynamique où ont existé plusieurs écoles de pensée qui se sont affrontées ; où les questionnements philosophiques étaient encore possible. Sa déchéance a commencé lorsque les clercs l’ont emporté sur les philosophes, lorsque la certitude a verrouillé les doutes, lorsque la bataille des livres a été perdue, lorsque le religieux a cessé de passer par le filtre de la raison critique. Sa décadence s’est confirmé lorsque tout mouvement a été déclaré hérétique et que l’immobilisme a été érigé en culte.

« Les soldats d’Allah à l’assaut de l’occident »

Présentation vidéo du livre :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s