Fanatisme·Ma religion·Spiritualité

Éthique de responsabilité par le Cheikh Bentunès.

Le cheikh Bentunès aime à répéter à longueur de livres et de conférences que l’homme est d’abord et avant tout une conscience, et que cette conscience, ou « fitra », a été déposée par Dieu en chaque être humain tel un trésor à découvrir ou une graine a faire pousser. Nous sommes ici au coeur de l’enseignement soufi. Le Coran parle effectivement d’un dépôt sacré en toute créature humaine, nommé « amâna », mot qui signifie aussi « confiance » et « responsabilité », et qui est de la même famille que le mot « îmân », qui signifie « foi ». Tout se passe comme si Dieu avait confié à chaque être humain une conscience au sens d’une responsabilité morale. Et c’est là qu’intervient la notion centrale dans le Coran de « Khalifa » (qui a donné le nom français de califat), si pervertie aujourd’hui par les fanatiques de Daech. En réalité, être calife de Dieu sur terre, c’est surtout et avant tout honorer ce dépôt sacré qu’il y a en chacun de nous et qui n’est autre que notre conscience. 
[…] 
Par conséquent, être calife de Dieu, c’est le représenter sur terre au sens d’agir en son Nom, toujours en son Nom, rien qu’en son Nom. D’où l’importance de cette formule arabe prononcée avant chaque début d’action (un voyage, une prise de parole, un repas, un travail, etc…) : « bismillah », qui signifie littéralement « au Nom de Dieu ». Le coeur de l’islam qu’est le soufisme, cet enseignement spirituel que l’on trouve dans le Coran quand on le lit avec sérieux et humilité, est à la fois cohérent simple et limpide. Dieu à créé l’homme pour qu’il Le représente sur terre et pour ce faire, il a déposé en lui sa propre Conscience et son Esprit, afin que cette créature extraordinaire qu’est l’homme puisse prendre soin de sa création en son Nom. On peut rapprocher cette notion islamique de responsabilité de l’homme vis à vis de toute la création divine du « principe responsabilité » cher au philosophe Hans Jonas. Rien à voir avec la rivalité mimétique et politique qui anime le pseudo califat d’Abou Bakr el Baghdadi, dont l’organisation criminelle n’est autre qu’une secte barbare qui sert le diable plutôt qu’Allah. 
Cheikh Bentunès cité par Soufiane Zitouni,  Confession d’un fils de Marianne et de Mahomet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s