Rationnalisme·Société·Spécisme, Végétarisme

Vivisection des animaux par Aymeric Caron.

image

Notez le paradoxe des partisans de l’expérimentation animale : ils justifient cette pratique en expliquant que ces tests sont indispensables et fiables. Ils acceptent donc l’idée que les humains et les non-humains comme les souris, les chiens et les singes sont des cousins de la même famille que nous, puisqu’ils sont censés réagir de la même manière aux produits qu’on leur injecte : même souffrance, même intolérance. Les pro-vivisection le pensent forcément, sinon tout le principe de leurs expériences sur les non-humains tombe à l’eau. Sauf que! S’ils en sont convaincus, alors ce qu’ils font est odieux, puisqu’ils savent qu’ils font souffrir des non-humains comme ils feraient souffrir des hommes. Oui, mais ils peuvent considérer que la souffrance des non-humains est moins grave que celle des humains, ce qui est purement spéciste.

Aymeric Caron, Antispécisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s