Fanatisme·Laïcité

Hypocrisie communautariste par Montasser AlDe’emeh, Palestinien, expert en radicalisation.

image

Photo de Gueneda Dry (Facebook).

#hyporcriteCommunautaire

Au musulman hypocrite: il est temps d’accuser l’imam qui ne parle pas ta langue.

Tu aspires à la tolérance, mais tu es toi-même intolérant.

Tu aspires à l’amour entre les peuples, entre les personnes, mais tu détestes ceux qui ne pensent pas comme toi.

Tu prônes la diversité dans notre société, mais quand quelqu’un de la même origine est différent de toi, tu es le premier à le descendre.

Tu accuses les autres de racisme, pendant que tu fais toi-même quotidiennement des remarques racistes.

Tu demandes aux autres d’être empathiques, mais tu ne montres aucune empathie à l’égard de ceux qui ont été victimes des actes de personnes venant de ta communauté.

Non, tu leur cherches des prétextes et des excuses. Même pour les combattants de l’EI.

Pourquoi ne cherches-tu aucune excuse aux hooligans qui ne peuvent plus supporter les actes de personnes venant de ta communauté, qui expriment leur consternation après les attentats de Bruxelles et Zaventem? Non, tu accuses la Syrie et l’Irak quand on parle de ces attentats. C’est totalement déplacé, parce que des attentats contre des innocents ne peuvent en aucun cas être relativisés.

Tu appelles « mécréants » les non-musulmans, proclames ceux qui ont une autre conception de l’islam comme des infidèles, et tu les excommunies. Pourquoi n’ai-je pas vu ta protestation contre les autres musulmans qui salissent votre foi? Mais tu es pourtant en colère quand quelqu’un fait un dessin idiot du prophète. Ensuite, tu commences à railler les autres à partir de ta propre indignation.

Si nous constatons aujourd’hui que les jeunes qui sont allés dans nos écoles finissent par se faire exploser au milieu de leurs concitoyens, alors nous ne pouvons que constater que c’est la communauté d’où viennent ces jeunes  – leur famille, les imams, les représentants – qui a échoué. Pas l’état.

Pas l’état, qui a fait en sorte que tu puisses étudier gratuitement, que des milliers de personnes – dans ta propre communauté – puissent habiter dans des logements sociaux et obtenir des avantages. Qu’ils puissent profiter de tous les droits et de toutes les libertés. Et qu’ils puissent vivre en toute sécurité.

Il est temps que tu te mettes devant le miroir. Que tu n’échappes plus à tes responsabilités. Que tu arrêtes de chercher des excuses à tes échecs personnels. Il est temps que tu pointes ta propre famille, ta propre communauté, les gens qui te représentents, les imams qui ne parlent pas ta langue. Il est temps que tu te remettes un peu en question.

La Belgique m’a donné toutes les chances possibles. Si tu ne le reconnaissais pas, tu serais déjà parti depuis longtemps. Pourquoi ne te poses-tu pas la question de savoir pourquoi tu choisis la Belgique plutôt que le pays de tes ancêtres?

Je sais pourquoi: parce qu’ici, on est sacrément bien.

Regarde un pays comme le Liban, où les Palestiniens – je suis moi-même palestinien – ne peuvent pas exercer des dizaines de professions, ne reçoivent pas la nationalité libanaise et ne peuvent pas acheter de maison.

Ou regarde la Syrie, où la population se fait massacrer.

Ou poussons le bouchon encore plus loin: regarde les djihadistes de l’EI qui tranchent la gorge de musulmans qui pensent différemment.

Est-ce qu’on est si mal que ça en Belgique? Je suis ici un citoyen libre, content de pouvoir vivre ici. Pourtant j’ai aussi quitté Bruxelles pendant un moment. Mon père voyait des jeunes qui traînaient en rue en fumant du hashish. Il a vu des jeunes qui cambriolaient des voitures, piquaient des portefeuilles, arrachaient les colliers des femmes, volaient des mobylettes ou commettaient des attaques à main armée.

Il ne voulait pas que ses enfants soient confrontés à ça. Je dois remercier mon père de m’avoir fait grandir dans un petit village flamand. C’est grâce à sa décision que j’ai pu entamer des études universitaires, que j’ai réussies. Il a mis dix enfants au monde et il a pris ses responsabilités en tant que père. J’ai décidé plus tard de revenir à Bruxelles, comme enfant de cette société.  Je n’ai pas besoin de communauté religieuse pour me représenter. Il est temps que tu t’aperçoives aussi que tu n’en as pas besoin. Il est temps que tu contribues aussi à cette société en tant que citoyen libre. Alors lève-toi et protège cette société qui nous est si chère.

Montasser AlDe’emeh, Palestinien, expert en radicalisation adresse un message à ceux qu’ils qualifient de « musulmans hypocrites ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s