Laïcité

Les sept familles de la laïcité, par l’historien et sociologue, spécialiste de la laïcité, Jean Baubérot.

image

-La laïcité antireligieuse: ce courant était représenté par le député socialiste Maurice Allard qui déclara:  » Ce que nous poursuivons, c’est la lutte contre l’église qui est un danger politique et un danger social. » On retrouve cette tradition aujourd’hui dans la ligne de Charlie Hebdo ou dans la posture de Michel Onfray, auteur du traité d’athéologie (2005).

-La laïcité gallicane: la religion est tolérée tant qu’elle reste sous contrôle de l’État. Par  ailleurs, la liberté de conscience est acceptée, mais elle relève de l’intime et ne doit pas empiéter sur l’espace public. Cette approche de la laïcité fut défendue par Émile Combes. On la retrouve aujourd’hui dans le courant républicain et chez les partisans de l’interdiction du voile dans les lieux publics. C’est aussi la ligne défendue pas le Grand Orient de France.

-La laïcité libérale et l’individualiste: l’État est indifférent aux groupements religieux et fait appel à la liberté de conscience personnelle. Elle est au coeur de la loi de 1905 et on la retrouve aujourd’hui à la Libre Pensée, laquelle défend les signes religieux ostensible à l’Université.

-La laïcité inclusive et accommodante : elle était jadis incarnée par Aristide Briand et Jean Jaurès, qui voulaient donner les églises (appartenant à l’État depuis la révolution) aux institutions religieuses, considérés comme des intermédiaires nécessaires entre les individus et l’État. Des positions que l’on retrouve aujourd’hui dans la ligue de l’enseignement (qui souhaite tenir compte des caractéristiques des religions, en proposant par exemple, des repas sans viande dans les cantines).

image

-La laïcité concordataire d’Alsace-Moselle: l’Alsace-Moselle a été annexée par l’Allemagne entre 1871 et n’est redevenue française qu’en 1919, donc après l’adoption de la loi de 1905. Pour facilité ce retour, l’ancien système dit « concordataire » a été maintenu à titre « temporaire » il dure encore…. Et certains souhaiteraient le voir étendu à l’ensemble du pays.

-La laïcité « ouverte » : elle est prônée par les institutions religieuses qui défendent une « utilité sociale » des religions. Par exemple, l’église Catholique voudrait inclure dans la laïcité la « loi naturelle » de la famille, débat vu lors du mariage pour tous.

-La « laïcité identitaire » : initiée par Nicolas Sarkozy (qui parlait plutôt de laïcité positive), elle est aujourd’hui affichée par une partie de la droite et de l’extrême droite. Ce courant se réfère aux valeurs du christianisme comme à des « repères » de la nation et entend valoriser les « racines chrétiennes » de la France. Il entend poser des limites aux manifestations religieuses de l’islam. Il c’est manifesté contre le mariage entre personnes du même sexe et voit d’un mauvais œil les débats relatifs à l’euthanasie.

Note: la loi de 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques s’inscrivait plutôt dans la logique « gallicane » (dans la mesure où Jacques Chirac, alors président, à soutenu cette loi tout en s’affichant contre les racines chrétiennes de l’Europe).

Source: magazine « sciences humaines » article de Jean Baubérot. Mit en forme et enrichi par Cyrilc42.

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s