économie·politique

Étienne de la Boétie, Discours sur la servitude volontaire.

Dicours-servitude-volontaire

A propos du tyran d’un peuple quel qu’il soit :

Ce maitre n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes.
Ce qu’il a de plus ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

D’où tire t-il tous ces yeux qui vous épient si ce n’est de vous ?
Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les empreinte ?
Les pieds dont il foule vos citées ne sont ils pas aussi les vôtres ?
A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous même ?
Comment oserait il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ?
Quel mal pourrait il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traitres de vous même ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s