Fanatisme

#Jesuistunisien Le poète tunisien Tahar Bekri avait pris la plume après les attentats contre Charlie Hebdo. Aujourd’hui, son texte vaut aussi pour son pays.

drapeau_tunisie

« Place de la République

Et je marche le long de l’hiver

Le front en sueur comme l’arbre nu

Je ne sais si c’est la nuit qui tombe lourde

De mes paupières

Ou mon pas qui tremble au cœur de la houle

Tant de déserts aux bannières sombres

Me clouent à la stupeur enchaînée à la poussière

D’où te vient asphalte cette sanie noire

Leurs chars rasant mes primevères

Les prières sans salut les mausolées en débris

Voici leurs becs de vautours leurs griffes d’ombre

Et je marche sans visage

Parmi les décombres le sourire en berne

La cécité couvrant ma vue

Tant de balles pour faire tarir l’encre

Enterrer votre amour

Vieilles cités de lumière

Voici drapés dans leurs linceuls les hérauts du paradis

Ennemis des rivières

violeurs des sables et des pierres

Et je marche dans la Nuit qui perd sommeil

Sur les Hashashins sans Alamut

Sur le serpent allié à l’hydre d’hier

La gorge nouée de mille morsures

Dans les vallées aux grottes d’enfer

Cette brûlure braise et cendres confondues

Frères sœurs je marche parmi vous

Doucement sur la terre

Profanée par ces vivants nourris des morts

Ce sont vos plumes alertes

Comme des brins de soleil

Au plus haut de ma main

Que je sacre chants de liberté »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s